La 3D au service de la chirurgie orthopédique

S’adapter aux éventualités présentes afin de mieux préparer le futur est une attitude commune à tous les domaines d’activité. À cette fin, chacun d’eux emploie des outils toujours plus innovants. La chirurgie orthopédique, pour sa part, s’est tournée vers l’usage de la 3D. Quel est l’impact de la 3D dans ce domaine de la santé ? Focus !

Une approche chirurgicale novatrice

L’approche chirurgicale que propose la 3D est une manière innovante de répondre autant aux besoins des patients qu’à ceux des médecins. Cette technologie permet en effet de réaliser des guides et des petits instruments chirurgicaux grâce à son système d’impression. C’est une prouesse remarquable qui améliore considérablement la façon dont les chirurgiens appréhendent les défis liés aux opérations. Celles-ci sont beaucoup plus précises et s’adaptent de manière plus rapide à l’anatomie de chaque patient, explique le Docteur Thomas.

Une meilleure communication entre les médecins et les patients

De leur côté, les patients comprennent plus facilement les diagnostics et les différents traitements qui leur sont prescrits. Dans cette configuration, les guides imprimés en 3D jouent un rôle crucial. Grâce à eux, les patients se familiarisent aisément avec les contraintes imposées par la spécificité de leurs anatomies. Les questions d’angles d’approche sont simplifiées et le type d’implants, choisi de manière plus pertinente.

En clair, l’impression 3D révolutionne les usages de la chirurgie orthopédique par une approche novatrice et plus communicative. Les chirurgiens, comme Thomas Le Carrou y voient désormais un levier d’appui pour une meilleure préparation des opérations, en plus de leur expérience.

Une multiplication des possibilités chirurgicales

Bien avant la technologie 3D, le processus chirurgical reposait uniquement sur les résultats des scanners et l’expérience des chirurgiens. Cela rendait la visualisation et la planification beaucoup plus longues pour un taux réussite des opérations juste acceptable.

Un processus chirurgical plus court

Avec la 3D, l’approche est plus objective, vu qu’elle se fait désormais à l’aide de modèles imprimés. Les chirurgiens peuvent par exemple tester diverses positions pour stabiliser les vis ou les plaques sur des os en 3D. Globalement, l’approche 3D propose à ces derniers une plateforme efficace d’évaluations, d’essais et de répétitions pour la phase pré-chirurgicale. Autant d’éléments à travers lesquels la durée des opérations s’est vue réduite de plus d’une heure.

Il faut également dire que la précision et le taux de réussite des opérations chirurgicales sont soldés dorénavant par de faibles risques d’hémorragies et d’infections. Des incisions sur des sites délicats comme l’extrémité du fémur ont vu leurs statistiques de réussite se décupler aussitôt. C’est également le cas de la chirurgie des fractures du bassin et des procédures complexes de positionnement des implants métalliques.

Des coûts considérablement réduits

L’un des grands atouts de la technologie 3D appliquée à la chirurgie orthopédique est son offre tarifaire avantageuse. En effet, les chirurgiens ont par là un moyen d’imprimer des outils de travail dont les prix sont assez faramineux. De cette manière, ceux-ci peuvent pratiquer des opérations à moindre coût et ce, même dans les localités les plus défavorisées.

Qu’il s’agisse de la fourniture de stéthoscopes, de pinces, d’otoscopes et autres, la 3D répond présente. Cette technologie améliore la santé de tous avec plus de qualité, de rapidité et peu de moyens. Tous ces points positifs laissent présager de belles perspectives pour la recherche et le développement chirurgical dans les années futures.